Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CM2 Sévigné Narbonne

CM2 Sévigné Narbonne

En route vers la 6 ème !

Publié le par Alexandra Collet
Publié dans : #Enregistrement d'un livre sonore
Présentation du livre sonore, la presse était là!

« La valeur n’attend point le nombre des années ! »

Le jeudi 28 mai 2015 s'est déroulée une table ronde Spécial Poésie au restaurant le St Georges de Narbonne :

Dans le cadre de son partenariat avec l’Institution Sévigné de Narbonne, la Bibliothèque sonore de Narbonne et de l’Aude a accueilli ses plus jeunes donneurs de voix : la classe de CM2 d'Alexandra Collet.

Les enfants ont remis aux adhérents de la Bibliothèque un CD de poèmes enregistrés par eux-mêmes : « Les poètes de A à Z ». Pour l’occasion ils ont aussi récité des poèmes connus de tous et ont chanté des chansons.

« On ne connaissait pas la bibliothèque sonore mais maintenant ça nous intéresse beaucoup » disent Abélard (10 ans), Yonna (11 ans) et Deanne (10 ans). Avec les autres élèves de leur classe ils ont participé depuis le début de l'année scolaire à l'enregistrement de livres audio pour la bibliothèque sonore de Narbonne et de l'Aude. « Ça me tient particulièrement à cœur de pouvoir aider les non-voyants » confient les enfants.

De Guillaume Apollinaire à Guy de Maupassant, Charles Cros ou Victor Hugo et Jean de La Fontaine, les élèves d'Alexandra sont ainsi donnés pour défi d'enregistrer un recueil de poésie sur le thème des poètes A à Z. « Pour la petite anecdote nous n'avons pas trouvé d'auteur pour la lettre X raconte l'enseignante. Les enfants ont donc choisi d'écrire un texte eux-mêmes sous la signature des « auteurs anonymes » »

« l'an dernier nous avons enregistré un premier livre audio avec des poèmes et des textes d'Afrique. L'an prochain ça sera sur les trains, les gares et les voyages. »

Très appréciée des audio lecteurs, l'initiative sert aussi de support pédagogique.

Ce fut une expérience très enrichissante autant pour l'enseignant que pour les élèves. De l'enseignement de la citoyenneté, avec le don de voix, en passant par celui de la lecture orale et toutes ses subtilités comme la diction, savoir poser sa voix, jusqu'à l'enregistrement : « quand on est écouté par le biais d'un livre sonore il faut être exigeant dans sa lecture. »

La poésie était encore au rendez-vous avec la présence de Jacques Ibanès, poète, chanteur, compositeur, écrivain et à l’origine de la publication du livre de Victor Lebrun « Dix ans avec Tolstoï » .

Se prenant au jeu, il est devenu lui aussi un donneur de voix de la bibliothèque sonore de Narbonne et de l'Aude en enregistrant lui-même le livre qu'il a écrit.

Nous l’en remercions vivement !

Jacques nous a ensuite régalés en chantant Prévert, Brassens, Bobby Lapointe, Trenet, accompagné de sa guitare.

Les tables rondes sont des manifestations mensuelles, initiées par France, donneuse de voix depuis plus de 15 ans et ayant plus de 300 audio livres enregistrés à son actif. Elles ont justement pour objectif de faire partager les nouveautés, les coups de cœur et les suggestions, mais aussi d'inciter les audio lecteurs à sortir de chez eux en favorisant les échanges.

Présentation du livre sonore, la presse était là!

Voir les commentaires

Publié le par Alexandra Collet
Publié dans : #Littérature
Salon littérature jeunesse avec Patrice Favaro: Ombres et petites lumières

Merci à Fabienne Dardé qui a rédigé cet article.

A l’occasion du salon du livre et de la jeunesse de Narbonne, la classe de CM2 de Mme Collet Institution Sévigné à eu le grand plaisir de rencontrer l’auteur du livre qu’ils ont lu et choisi en septembre : Patrice Favaro pour son ouvrage « Ombres et petites lumières »

Résumé :

« Nous sommes au Kerala, au sud-ouest de l’Inde. C’est là que vit DIPIKA, une petite fille de 12 ans. Depuis que le père a fait fortune dans le commerce des chips de bananes, la famille connaît une existence aisée. Un soir, une représentation du théâtre d’ombres a lieu dans un temple voisin. Le public de ces spectacles traditionnels se fait de plus en plus rare, mais DIPIKA est fascinée, au point de se faire remarquer par le montreur d ombres. Surpris et épaté, il décide de lui révéler les secrets de son art, bien qu’il soit interdit aux filles de le pratiquer. Chaque soir aprés l’école, DIPIKA file en cachette dans la bicoque de M.KAMPAN pour s’initier à la confection et à la manipulation des marionnettes.Mais l’absence de public n’est pas la seule menace à cet art : ils vont être chassés de leur quartier miséreux car des spéculateurs immobiliers veulent y construire de luxueux hôtels.

Peu à peu DIPIKA prend conscience des nombreuses injustices de son pays. Pourquoi les garçons sont-ils traités comme des princes et les filles comme des servantes ? Comment empêcher la tradition du théâtre d’ombre de tomber dans l’oubli ? Rugmini, la tante de DIPIKA, qui se bat pour l’éducation des filles et pour l’égalité entre les hommes et les femmes, pourrait bien donner quelques idées à sa rebelle de nièce… »

Patrice Favaro nous transporte dans l’Inde d’aujourd’hui et de ses contrastes. De son écriture précise et colorée, il nous dépeint le quotidien, la culture du Kerala. Un texte qui donne à réfléchir sur la condition de la femme, l’instruction des enfants, les dommages d’un développement économique galopant.

Une histoire qui se passe à l’autre bout du monde, au cœur des coutumes et des rites, au cœur d’un pays riche de contraste et de transparence . Pourtant, ce jeune public ne paraît pas dérouté. Les élèves se sont appropiés l’histoire de DIPIKA avec une facilité déconcertante, se laissant emportés par les couleurs et l’originalité de l’Inde qu’ils ne connaissent pas, donnant lieu à diverses recherches au sein de la classe. Ils se reconnaissent en DIPIKA et partagent sa viele temps d’une lecture. La littérature n’a ni âge, ni frontière.

Patrice Favaro, avant de débuter la rencontre, fait une petite mise au point auprès de ces jeunes enfants : Non, il n’écrit pas à la main les centaines de livres vendus. Il écrit des textes qui seront ensuite imprimés et distribués. Beaucoup d’enfants font encore la confusion et s’étonnent que l’auteur puisse écrire tous ces livres à la main sans avoir mal au poignet…

« Comment avez-vous eu l’idée d’écrire ce livre » :

La génèse du livre se trouve dans l’histoire du voyage de l’auteur et de sa femme en Inde. Ayant eu le bonheur d’assister à une représentation de théâtre d’ombres… L’idée a fait son chemin.

« Combien de temps vous a pris l’écriture de ce livre » :

Patrice Favaro explique que c’est une notion variable mais que pour l’écriture « d’Ombres et petites lumières » il a mis environ neuf mois. Il existe trois phases lorsqu’il écrit un livre : la prise de notes et la recherche de documents. Puis la naissance de l’histoire et enfin la rédaction.

« Qu’est ce qui vous a plu en Inde » :

Parce qu’il y a vécu, l’auteur avec des mots simples explique qu’il a découvert un pays de contrastes et de transparence : Le beau se voit mais le laid aussi comme la misère, les maladies, la saleté. Cependant ses différents séjours lui ont appris à dompter ses peurs et à apprécier les arts et la musiques mais aussi les indiens qui sont ouverts, curieux, et très énergiques.

Il est a souligné les belles illustrations de cet ouvrages réalisées à l’encre par Françoise Malaval (épouse de l’auteur). Traduisant la beauté de cette région du monde, ces illustrations apportent de la beauté au texte et un support pour les jeunes lecteurs.

La littérature jeunesse n’est pas souvent sur le devant de la scène. Mais face à ces jeunes enfants, motivés, heureux de rencontrer l’auteur de l’histoire qu’ils viennent de lire, une chose est certaine : La magie de la lecture fonctionne toujours et les histoires d’ici ou du bout du monde ne sont pas prêtes de s’éteindre.

Patrice Favaro

Patrice Favaro est né à Nice. D'un grand-père italien, musicien et conteur, lui viennent la passion de la musique et le goût de raconter des histoires. Il abandonne ses études de journalisme pour exercer la profession de luthier durant quelques années. Puis, il referme une dernière fois la porte de son atelier pour s'en aller suivre un théâtre ambulant où il sera tour à tour musicien, saltimbanque, marionnettiste et comédien.
Depuis une dizaine d'années, ses voyages le conduisent régulièrement en Inde. Des versants himalayens à la plaine du Gange, en passant par Pondichéry, il arpente les chemins, y multipliant rencontres et découvertes qu’il note dans ses carnets de route.
Le reste du temps, Patrice Favaro vit en Provence, dans un village perché sur une colline, et se consacre à l'écriture, à la mise en scène, à l'animation d'ateliers de théâtre et d'écriture destinés en particulier au jeune public.

Salon littérature jeunesse avec Patrice Favaro: Ombres et petites lumières

Voir les commentaires

Publié le par Alexandra Collet
Publié dans : #Notre vie de classe
Conférence autour du téléphone

Le vendredi 10 avril, Bernard Chenot , collectionneur de téléphones est venu en classe nous raconter l'histoire de ce moyen de communication et nous a apporté des pièces très rares. Voici les commentaires de enfants.

Agathe:

Graham Bell a inventé le premier téléphone en 1876. Les premiers étaient faits avec du bois, du plastique dur, du fer et il y avait du charbon à l'intérieur.

Juliette D:

Bernard Chenot est un grand collectionneur d'anciens téléphones depuis 30 ans, il a beaucoup de pièces rares.

Tristan:

Les premiers téléphones marchaient avec un écouteur qu'on mettait à l'oreille pour écouter et près de la bouche pour parler.

Dorian:

Quand on téléphonait avant, il y avait des opératrices. Alexandra (La maîtresse) a été celle de Bernard Chenot pendant la séance.

Deanne:

Claude Chappe a été un député de la convention, il a montré en 1792, le fonctionnement d'une première ligne aux autres députés qui ont trouvé ça plutôt bien. En août 1793, une première ligne a été construite entre Lille et Paris.

On a appris que pendant longtemps les hommes essayaient de communiquer avec des signes,des syllabes ,des sons.

En 1892, Mademoiselle Couret, Marie et Louise Deroux ont été les premières opératrices de Narbonne. 23 personnes avaient le téléphone à l'époque.

En 1969, il y a la naissance d'internet aux Etats-Unis.

Le premier téléphone pesait un kilo.

Pour plus de renseignements: ARHISCOM - Musée du téléphone - Orange

Toute la classe remercie Bernard Chenot pour sa gentillesse et tout ce qu'il nous a appris...

Conférence de Bernard Chenot.

Conférence de Bernard Chenot.

Conférence autour du téléphone
L'annuaire de Narbonne lorsque le téléphone a été installé.

L'annuaire de Narbonne lorsque le téléphone a été installé.

Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
L'I Pod Yaourt

L'I Pod Yaourt

Conférence autour du téléphone
Quelques dessins pour remercier Bernard!

Quelques dessins pour remercier Bernard!

Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone
Conférence autour du téléphone

Voir les commentaires